Le pervers narcissique : fuyez tant que vous pouvez !

Un pervers narcissique est un individu qui s’est formé une constitution émotionnelle immature dans laquelle il ressent le besoin de se poser comme une figure puissante afin de vaincre la solitude qui l’entoure. Il fait souvent usage de ses relations amoureuses, familiales ou professionnelles pour étancher sa soif de contrôle. Il utilise cette proximité pour exercer son emprise sur ceux qui sont proches de lui, car cela lui permet d’assurer plus facilement que la personne ne prenne pas de distance. Alors qu’extérieurement c’est l’image même de la sympathie, de l’amabilité et de la compassion, intérieurement il est froid, dénué d’empathie et de culpabilité. Il s’approprie du caractère requis en fonction de la situation dans laquelle il se trouve afin de pouvoir mieux manipuler sa cible. Sa vraie nature est souvent difficile à cerner car il change constamment de masque pour correspondre aux attentes de sa victime afin que cette dernière tombe sous son charme sans être conscient de ce qui se joue.
Si vous avez connu un pervers narcissique, cela vous prendra du temps et beaucoup d’efforts avant de retrouver votre estime et votre confiance en vous. Vous allez remettre en question vos qualités, vous vous trouverez plus de défauts que vous en avez et vous vous acharnerez sur vous-même à essayer de comprendre le comportement de pervers narcissique. Ce sera difficile pour vous de faire confiance ou de se lier d’amitié à quelqu’un de nouveau. C’est pourquoi il est important de savoir comment identifier un pervers narcissique avant qu’il ne vous cause du tort.

Généralement il opère en quatre étapes :

1)Séduction : il vous présentera l’image de l’homme parfait. Sympathique, charmeur et serviable, vous aurez l’impression de rencontrer l’homme/la femme idéal(e).
2)Dépendance : Vous serez de plus en plus envouté par sa personnalité, ses actions et ses promesses. Sa présence sera similaire à une drogue, vous en voudrez toujours plus à chaque fois. Il a maintenant su vous rendre dépendant de lui.
3)Diviser pour mieux régner : Graduellement vous vous retrouverez à passer de plus en plus de temps qu’avec lui. Vous serez de moins en moins connectés à vos amis et votre entourage. Il va tenter de changer la perception que vous avez de certains de vos proches. Cet isolement lui permettra d’affirmer sa position de puissance et de contrôle et votre dépendance sur cette drogue sera amplifiée.
4) Abus et manipulation verbaux : Du moment qu’il vous sentira suffisamment sous son emprise, il va altérer entre la séduction et l’abus. Il va tenter de vous dévaloriser en évoquant régulièrement des défauts physiques et émotionnelles pour que vous vous sentiez faible. Il vous fera ensuite croire que vous avez de la chance de l’avoir connu. Vous ferez face à des messages contradictoires, des flatteries par moment et des agressions par d’autres. La victime se sentira totalement dans le flou et désarmée face à la situation.

Il y en a très peu qui réussissent à survivre cette expérience douloureuse et dangereuse. La meilleure solution est de fuir pour se protéger… même les experts en la matière s’accordent sur cela.

Drogue de synthèse : un enfer assuré, un futur brisé

Jusqu’à tout récemment, le profil des consommateurs de drogues de synthèse n’était pas très bien défini. Mais il y a quelques temps, les cas de consommation de drogues synthétiques cumulent et ils évoquent tous des consommateurs jeunes, d’une tranche d’âge de 13 à 18 ans majoritairement.

Ceci s’explique par le faible cout des drogues synthétiques disponibles sur le marché et également leur accessibilité dans l’enceinte des écoles. Et oui, l’achat et la vente de ces produits toxiques se concrétisent bel et bien dans les collèges et les universités locaux. Résultats : certains sont victimes d’hallucinations, d’autres sombrent dans le coma, alors que l’agressivité et la nervosité sont accentuées chez tous ceux qui en utilisent. Chaque semaine, nous pouvons compter une moyenne de 3 à 4 jeunes hospitalisés suite aux effets de l’utilisation fréquente de ces drogues.
Entre « Ben Laden » et « Black Mamba » en 2013, « C’est pas bien » et « Batt dan latet » les années suivantes, notre ile a connu la naissance de plusieurs drogues synthétiques dont les prix varient entre 100rs et 250rs au maximum. Le but de cette drogue est d’imiter le tétrahydrocannabinol (THC), le principal actif du cannabis, qui assure un sentiment d’euphorie ou de béatitude.

Alors que l’Etat mise sur une sensibilisation à l’école, il faudrait peut-être commencer par éduquer les parents sur la gravité de la situation et du rôle primordial qu’ils tiennent, en tant que figure d’autorité, de guide mais aussi de confident dans la prévention de l’usage des drogues. C’est aux parents de savoir bien encadrer leurs gosses dès leur entrée au collège car l’influence des camarades à l’école n’est pas à prendre à la légère. Il serait nettement mieux de monter une campagne qui vise à soutenir les parents à intervenir en cas de consommation, à engager un dialogue constant avec leur enfant, sans pour autant banaliser ou dramatiser la situation et aussi à les encourager à demander une aide extérieure en cas de besoin. Se plaindre de la situation ne va en aucun cas apaiser les mœurs. Chers parents, il est temps que vous preniez les choses en mains !

Mopays, quand des débuts modestes progressent !

Salut les potos ! Que dire de cette petite sauterie, de ce projet né d’un coup de tète qui, aujourd’hui, se présente comme une des pages Facebook avec le plus de Likes à Maurice ! Mopays a commencé à se faire connaitre comme étant une page qui mettait en avant du contenu ; un contenu auquel son audience pouvait s’identifier. Que ce soit dans un registre engagé, ou dans une dimension plus décontractée avec des publications sur des événements, des vidéos locales et internationales qui ont eu un élément viral ou encore de l’actu et de l’insolite, Mopays a su captiver l’attention des mauriciens et naturellement, la page a bâti son audience.

Cependant qui dit succès et longévité dit également innovation et c’est justement ce que MoPays veut implémenter en introduisant de nouveaux concepts. Le 12 mars n’est pas uniquement spéciale comme date à cause de la fête nationale, mais aussi parce que cette date coïncide avec le lancement du blog de Mopays. Ce blog sera une nouvelle plateforme proposée aux abonnés et il y sera publié des articles divers sur une variété de sujets allant des lieux d’intérêt aux écritures satiriques en passant par les insolites de la semaine.

N’oublions pas également que Mopays a presque 200,000 Likes sur Facebook ; ce qui représente quand-même presque 15% de la population. C’est presque le même nombre de likes que les medias les plus populaires a Maurice. Vous imaginez !!?

Mopays a su assurer un trafic constant et cela lui permet maintenant d’avoir plus de 300,000 vues sur ces contenus vidéo et des dizaines de milliers de Likes sur le reste du contenu visuel.

C’est quand-même fou de se dire que tout est né d’une idée simple et anodine mais vous savez quoi, tenez vous bien, on vous annoncera encore plus de nouveautés très bientôt.

Connaissons-nous vraiment Maurice ?

Aujourd’hui, alors que nous contemplons l’histoire de notre ile, 49 ans ont effectivement écoulé depuis notre indépendance. Cependant, certains mystères de l’ile n’ont toujours pas été résolus. D’après les légendes, ils sembleraient qu’il y ait toujours plusieurs trésors cachés par les pirates d’antan à l’ouest de l’ile. En effet, les histoires de corsaires et de pirates sont très connues à l’ile Maurice. Parmi, nous pouvons compter celle de Robert Surcouf, dont les étudiants d’histoires s’en rappelleront sans doute.
Notre ile a été découverte en 1547 par Péro de Mascarenhas, un capitaine Portugais mais ce fut l’amiral hollandais Van Nek qui nomma l’ile « Mauritius » en 1598. Nous avons ensuite accueilli les hollandais qui ont habité l’ile pendant 72 ans avant de laisser la place aux français, notamment à Mahe de Labourdonnais qui a contribué énormément au développement du port et de l’agriculture mauricienne. C’est à lui que nous devons notre cuisine riche en condiments car c’est bien celui qui en 1750 à introduit la culture des épices à Maurice. Quelques années plus tard, les Anglais réussirent à s’emparer de notre ile et l’ont gouverné jusqu’à son indépendance. Celui-ci qui a été obtenu suite à un processus de décolonisation que l’on doit au père de la nation, l’Honorable Sir Seeewoosagur Ramgoolam et ses alliés. L’ile Maurice a créé sa propre identité en se transformant graduellement en un havre de paix et de tolérance où règne une mixité culturelle insolite.

D’ailleurs cette identité a été l’inspiration même de Gurudutt Moher lorsqu’il a créé autrefois notre quadricolore. Le rouge symbolise le sang versé par nos ancêtres lors de la colonisation européenne. Le bleu indique la couleur de l’océan qui nous entoure, alors que le jaune évoque le soleil de l’unité qui se fait ressentir sur notre ile et finalement le vert représente l’un des piliers majeurs de l’ile, sur lequel s’est reposé pendant longtemps notre économie : le canne à sucre. Ce monsieur de 92 ans que l’ile Maurice n’a pas suffisamment honoré a su exactement comment nous représenter à travers ses quatre couleurs. Une Ile Maurice fière de son histoire et de ses atouts.