SCARY GHOST STORIES FROM MAURITIUS

In Mauritius, advances in science and in the belief in evolution haven’t stopped us from clinging to age-old myths and superstitions. But as we delve into these spooky stories, a word of caution, it’s not for the faint hearted. Whether you believe in supernatural beings or you categorically deny their existence, these stories will at least give you a glimpse of what some Mauritians have been through, esoterically speaking.
Our readers share their experiences with the occult.

Andy (31 years old)

My friends and I were atheists. My sister went on holiday to China and I told her to get me an Ouija board, which is a board game reputed for being able to contact spirits. Of course, she was unaware of that fact and I didn’t really think much of it until the day came when we got around using it. That day, my whole life changed.

There were 3 of us, Steve, Hans and I. We decided to use the Ouija board during a ‘plan’ just for fun, since neither of us truly thought much of it. As soon as I got the board out, I felt my heart skip a beat, I cannot really put that sensation into words but it felt like my senses were warning me against using it. And I was right because danger was indeed imminent. We rolled the dice, taking turns asking the ‘spirit’ questions, mellow questions at first then Hans (who was a die-hard nonbeliever) asked it to show itself, he was basically taunting It. Suddenly, Steve started shaking, he collapsed on the floor and I didn’t think twice before throwing that board away.

Steve went outside to breathe in some fresh air, we didn’t know what had just happened but I thought Steve was just messing with us. Except that he wasn’t. We heard him yell and we darted outside and what we saw will remain etched in our memory forever. It was a pale white woman, she was clad in white from head to toe, she had long white hair and she was towering over us, three adult men. In an instant, she disappeared but we knew she had done something to Steve. Steve had witnessed something else entirely and to this day, he hasn’t related what happened on that night.

After that experience, Steve became embroiled in various types of religious healing programs and as for Hans and I, we got our first taste of the occult and we promised we would never mess with those things again.

Danwantee ( 80 years old)

I might be old but my memory is still very fresh. I vividly recall that day at the Plantation, my father was tending the land while I was helping my mother gather the grass for our cows. We were walking towards our cart when an old lady could be heard shouting for help. Instinctively, my father ran to her rescue but when he came back, he was shell-shocked. When we asked what had happened, he told us that the woman was hovering over the ground and she was our neighbour, who had just died the previous day.

Cassy ( 20 years old )

My boyfriend and I always loved to indulge in risky activities so one day we decided to go to this haunted mansion in Candos. When we entered the house, it didn’t seem that threatening, it was your quintessential abandoned house and although it was quite old, it was surprising that nobody even cared to renovate the interior as it was quite lavish. Soon we would understand why no one would want to be associated with that house.
My boyfriend and I were vising each room, engaging in casual conversation as we were doing so. When it was time to leave, I had a stomach churning feeling that something bad was going to happen. I pressed my boyfriend to follow me out at once and we both went our separate ways. Back home, it was pretty late so I just had dinner and went to sleep.
Around 3 in the morning, I woke up in a sleepy haze, like I was forcefully awakened by someone. When I turned to the other side of the bed, I saw my boyfriend looking downwards at me but as I blinked, he morphed into an ugly, evil witch. I was traumatized and I couldn’t move. She started pulling my hair and scratching my body with her long nails, muttering phrases in Latin. I prayed for god, I prayed and prayed until it stopped. I ran out of my room, and I erratically barged into my parents’ room to tell them what had just happened. When they asked me where I had been earlier, I told them the truth. My mom then looked at me, a worried expression on her face, and she told me that long ago, a greedy entrepreneur lived in that house. He had acquired so much bad karma that he killed himself and to this day, the bad spirits linger in that house because it is immersed in dark energy.

Popular sightings:

Lallmatie used to be notorious due to a series of unexplained sightings occurring during the last decade. One of the most popular stories coming out of there is the tale of the chariot.
A man allegedly saw two old ladies at the helm of a chariot darting across the street in the middle of the night. The man described how aboard the chariot, there was an ominous coffin from where sounds of hell emanated.
His wife corroborated his claims as she was watching from behind the curtain.

The ‘Lougarou mania’ of the 1990s is also forever embedded in the supernatural mythology of our island. Described as a burly, hairy anthropomorphic beast, it purportedly wreaked havoc during the night, frightening the inhabitants of a certain region. Although the tension waned after a while, it left its mark on our folklore.

Mœurs et vision d’une Femme Mauricienne « l’égalité c’est bien, la liberté c’est mieux »

Mon féminisme vous regarde et vous demande, est-ce que c’est bien ce que vous souhaitez ou est-ce un canular que vous a fait envié les normes de notre société ? Chères dames, avez-vous réellement envi de vous retrouver dans un monde où règne l’égalité des genres ? Et si l’égalité n’était en effet pas la meilleure option ? Entre une image asymétrique, une figure fixe, des options limitées et une liberté infinie avec des opportunités illimitées, qu’auriez-vous choisis, leur égalité ou votre liberté ?

2050 : les femmes et les hommes ont les mêmes salaires. Il y a autant de femmes que d’hommes en politique. L’égalité des genres règne et tout semble aller bien au pays des merveilles.
Flash info de 2050 : le sexisme existe toujours. Le racisme aussi. Le système semble être le même qu’avant, la seule différence étant que les maux sociaux sont désormais plus dissimulés que jamais.

Ah bon ? Comment est-ce possible ?
Vous ne vous imaginiez quand même pas que l’égalité absolue allait gouverner notre société ? Si vous aviez une once de bon sens, vous auriez dû savoir que les hommes ne seraient jamais prêts à renoncer à leur suprématie. Ils vont peut-être nous vendre une image fallacieuse de ce qu’est l’égalité selon eux, mais nous vivrons toujours selon leurs termes.
« Une féministe qui critique l’égalité, ça existe ça ? »
L’égalité est une superficialité symétrique où nous sommes amenés à vouloir avoir une identité fixe et à se limiter à des frontières fictives. C’est une idéologie égoïste qui a pour but de freiner la différentiation et la diversification pour que nous ressemblions aux hommes. Lorsqu’elle est imposée par un segment de la société, l’égalité semble même être une horizontalité malsaine, dépourvue de liberté. Pourquoi utiliser les hommes comme référence ? Pourquoi se mesurer à eux ?
C’est le système machiste dans lequel nous vivons qui a défini les paramètres de l’égalité. Ne serait-ce pas l’euphorie totale de pouvoir arracher les racines de ce système, les déchiquetant, les piétinant, pour ensuite reconstruire un idéal selon nos termes, nos ambitions, nos compétences ?
Je suis le rêve d’une jeune femme absolument écœurée par les racines pourries d’un système d’oppression.

Vaniishta : Déterminée, elle perd 25 kgs en 10 mois

Une belle histoire aujourd’hui : celle de Vaniishta qui a perdu 25 kgs en 10 mois, tout en gardant un beau corps, sans peau qui tombe…Vous aussi voulez vous exclamer « Je l’ai fait !» ? Vous pensez que vous n’arriverez jamais à mincir ? Découvrez cette histoire vraie de réussite en matière de lutte contre la surcharge pondérale. Regardez comment cet exemple a pris le contrôle de sa santé pour perdre de kilos superflus, et vous trouverez une jolie source d’inspiration.

Vaniishta Singar, habitante Camp Benoit, Petite Rivière, Coromandel, âgée 23 ans a fait preuve de sa détermination. L’histoire de Vaniishta a commencé en Décembre 2014…. A cette époque elle pesait 78 kgs (1m66). Plusieurs choses l’ont fait prendre du poids au fur et a mesure des années : Le ‘junk food’ mais surtout un gros laisser aller. Elle a donc accumulé les kilos sans jamais avoir le courage de se prendre en main. Elle avait conscience que pour sa santé il fallait faire quelque chose, mais elle n’allait jamais au bout d’un régime.

Ceux qui l’ont poussé à prendre le bon chemin, c’est lorsqu’un jour, en retournant de KFC, elle a monté sur le balance, et elle pesait 78 kgs. Elle était choquée de par son poids. D’ailleurs, ses parents lui disaient qu’elle devenait grosse et moche. Ce n’est pas terminé, elle a eu la plus grosse déception quand elle avait demandé un photographe de lui faire des photos, et ce dernier l’a carrément refusé en le disant qu’elle était trop grosse. De ce jour, elle a décidé de changer son corps, car elle aime beaucoup la mode et les ‘photoshoot’.

« Il faut jamais juger »

On dit qu’il ne faut jamais juger avant de marcher un mille dans les souliers d’un autre. Si quelqu’un n’a jamais était obèse ou proche d’une personne obèse, il est mieux de gardez ses petites réflexions insipides chez sois. Perdre des kilos superflus, ce n’est jamais simple. Avec beaucoup de volonté et de bon sens, un régime alimentaire équilibré et des séances de sport musclées, il est possible de perdre du poids.

Encouragée et motivée par une tante et ses parents, Vaniishta a accepté de surprendre ce parcours. Au début, c’était compliquer car elle a du supprimer toutes sortes de graisse. Elle se concentrait plus sur des légumes et fruits. Ce qui fonctionnait le plus était de faire une heure de jogging deux fois par jour. Mais au fur à mesure son corps s’habituait et les effets de la cardio commençaient à s’amoindrir. Vaniishta souhaite passer le message que l’on peut y arriver même lorsque l’on est obèse. Et d’une façon naturelle, sans chirurgie juste avec la volonté. De par son expérience, elle éprouve que le meilleur régime est celui de pratiquer un sport. C’est le moins dangereux et surtout le plus durable.

Vaniishta Singar

L’obésité est le nouveau sujet à la mode. En matière de perde de poids, « si vous perdez votre objectif d’amaigrissement de vue, vous devrez affronter de multiples obstacles tels que la frustration, envies de manger, écarts, désirs d’abandonner, etc. Mais si vous abandonnez, vous n’y arriverez pas. C’est votre choix : atteindre le but ou laisser tomber. » Il y aura des jours ou vous n’avez pas envie de continuer le plan minceur. Eh bien, au lieu de penser à la difficulté de la tache, et a combien de temps cela vous prendra encore, dites vous que vous n’avez qu’a débuter ! Une fois commencer, cela n’est jamais aussi dur que vous pensiez que cela serait. Des pensées négatives doivent être remplacées par des affirmations positives. C’est l’une des compétences les plus importants pour vous motiver, il est primordial de pratiquer cela quotidiennement.

STOP ABUSING OUR CHILDREN

52 times. That’s the number of times a 10 year old boy was flogged in a primary school, which is the ‘traditional’ comeuppance in most schools. Those who’ve had the misfortune of experiencing public school life would know that not only is physical retribution the norm to this day, but there’s also a tacit agreement among school officials to refrain from uttering a single word about it. But the most alarming thing in this story isn’t really about the physical aspect per se, but the emotional cruelty that an adult inflicted on a child without any remorse.

Human beings have evolved, or rather we think we have and so have our moral guidelines. In an agrarian society, violence wasn’t only a prerequisite, it was also a common way to mediate skirmishes. But eventually, the renaissance taught us that violence was barbaric and primitive and it didn’t really solve things in the long haul. But it seems like some teachers aren’t well versed in compassion and understanding. Is there a dearth in their training or do they find it easier to let out their repressed feelings on defenceless children? I am by no means lumping all educators in the same category but this is such a common occurrence that there must be an underlying agreement on its acceptability.

Not all kids are geniuses nor do they learn at the same pace. Our school system fails to provide the apposite pedagogical tools to dyslexic children. Instead, they are victimized by their teacher and ostracized from the learning process as a whole, which makes them indifferent to formal education. Recent CPE results have shown us that a vast majority of children fail to even string words together to form a coherent sentence and whose fault is that, if not the educational system itself? Parents are also hamstrung by their ambition and they put excruciating pressure on children whose psyche isn’t ready for such an encumbrance.

It can be daunting to be an educator and observe that many children just fail to grasp the crux of what is being taught to them, but that’s because we are not fixing the loopholes in our system. Instead of force-feeding glib, superficial ‘mathematical’ methods to students, why don’t teachers first introduce them to the concept as a whole? Children tend to be enthralled by new ideas, humdrum equations don’t really inspire them. Maybe teachers should revamp their teaching methods, instead of resorting to abject cruelty. Just because they wield power in the classroom doesn’t mean that they have the authority to physically abuse someone’s child and get away with it.

La mode façon Maurice….ou pas !

Pour ceux qui ont étudié la littérature française, vous connaitrez peut-être les Lettres Persanes de Montesquieu dans laquelle l’auteur décrit avec brio la mode française du 18eme siècle, une critique risible sur une mode jaugée volatile et parfois même bouffonne.

On s’est demandé ce que cela allait donner si on faisait une petite analyse sur le look de nos jeunes mauriciens.
Vous l’aurez certainement remarqué, la majeure partie de nos ados sont vêtus du même « uniforme ». Pour commencer, vous trouverez sur leurs cranes quelque chose ressemblant à un paravent, qui doit probablement leur servir de protection contre la pluie ou le soleil. Vous pouvez aussi les identifier par rapport aux jeans quelque peu atypiques qu’ils adorent porter. Est-ce un jean, est-ce un « sac-gouni » ? On se le demande !

A l’époque de nos parents, les bretelles été utilisées pour tenir les pantalons, mais puisqu’elles ne sont plus en vogue et que nos jeunes portent tellement bas le pantalon, c’est à se demander si leurs fessiers n’ont pas froid ; fessiers qui d’ailleurs, sont recouverts par leurs caleçons colorés (entre les couleurs flashy et les motifs Bob l’Eponge, vous en aurez plein la vue). Enfin, quoiqu’en connaissant la nature avare de nos chers compatriotes, il se peut aussi que les parents achètent de leurs grés des vêtements plus grands que la taille actuelle de leurs gosses de peur qu’ils grandissent trop vite (Et ouais, ils sont en période de croissance ces petits !) Ah mais oui, en les voyant vous songerez peut-être à cotiser afin de les offrir des habits pas troués, car il faut croire que la tendance du moment ce sont ces collants prêts du corps coupés au niveau des genoux ou des jambes. Nul besoin de parler de leurs visages, percés de tous parts et rafistolés à l’aide de mouches en métal ; le plus flagrant serait les anneaux qui pendent du nez. (Il y en a qui pourraient même faire du rodéo à force de ressembler à un taureau avec l’anneau au nez)On pourrait croire que les vaches leur servent d’inspiration. Ne parlons pas des filles, qui se maquillent de plus en plus et cela dès un très jeune âge. Certaines ressemblent même à la fiancée de Chuckie la poupée maléfique !

Do we have a ‘rape culture’ in Mauritius?

Recently, the rape of a 14 year old girl by a much older man she met on Facebook caused a maelstrom of reactions all over social media, hence giving us an insight on how people react to rape. A rape culture is defined as an environment where rape and sexual assault are normalized based on the vague notion that the female victims incited the attack. For all other crimes, there seems to be a consensus that the victim ought to be sympathised with or compensated, but for this particular crime, the victim is more likely to be slut shamed than given the benefit of the doubt (which is counterintuitive).

Where do these double standards come from? Why is it that the ‘Kevins’ are only made fun of while their female counterparts are dehumanized and denigrated? More importantly, why do people still think that women should bear the onus of chastity and purity in a country that is no longer male dominated? The point isn’t whether the 14 year old consented or not, it’s that she IS A CHILD. A 14 year old girl neither possesses the maturity level of a 20 year old man nor is she emotionally conscious enough to understand the power dynamics in that case. That this basic fact of nature should be extrapolated to hordes of sexist and bigoted people confirms the existence of a rape culture in this country.

Those who are still not convinced should take a hard look at themselves in the mirror, if you are condoning the manipulation and sexual assault of a 14 year old because she befriended a male on Facebook, you shouldn’t be allowed to have kids. It’s one thing to make friends on Facebook and it’s another to violently manhandle a child and force her to have sex with you. Gender equality seems to be a far-fetched vision in a country where schools are still segregated and communalism is the norm but the important thing is to extend our empathy towards those are victimized and violated, regardless of their gender or caste.

Ladies, there are still many people out there who will judge you on your ‘virginity status’ rather than your actual achievements, and these are the same people who are piqued with interest when local porn videos are making the rounds on social media. All that excessive handwringing is just a cover for the other thing they’re doing with their hand, so don’t let people lecture you on what your role as a woman should be.

The Capital Punishment debate is just another political distraction

According to a report published by Statistics Mauritius, the ‘intentional homicide’ rate per 100 000 people was 2.3 in 2015 as opposed to 2.4 in 2014, which is quite low when compared to other African and Asian countries. So the recent fixation with capital punishment makes no literal sense. They want to curb crime in a country where crime is already a rarity. The debate around the reintroduction of the death penalty has caused a rouble rousing effect among the local media outlets, following the discovery of two dead bodies. The Prime Minister, Pravind Jugnauth told the media he was in favour of the death penalty, which isn’t a very surprising statement from a man whose father signed the last execution order in this country condemning Eshan Nayeck to death by hanging. His pleas for clemency were turned down by Aneerood Jugnauth, in a very vain and callous attempt to show his allegiance to law and justice.

A simple foray into this moral debacle would make one realize that countries where the death penalty is legal don’t necessarily have a lower crime rate. In the US, many inmates are often exonerated after their deaths and that shows the ineptitude of a system where human lives are treated like political salvo. There’s no need for retribution or draconian vengeance when it doesn’t really curb crime and it’s a blight on the civilized society we claim to have. Not only is the death penalty one of the most primitive and barbaric forms of punishment, it’s also akin to moral regression. They’re not only targeting violent crime offenders , they’re also thinking of sentencing ‘drug dealers’ to death. Like George Carlin said, drug dealers aren’t afraid to die so it won’t faze them at all. Instead, we should be executing the bankers and the morally bankrupt politicians who launder the bank money!
Let’s focus on the real causes of crime in this country. Poverty, lack of education and mental health problems should be dealt with post haste if we really care about reducing crime. But if they are still hell-bent on reintroducing this barbaric form of punishment, let us first start with the politicians and ‘businessmen’ involved in financial skulduggeries because they deplete our economy and this deepens the inequalities within our system. It might not be ‘violent’ in nature, but it runs contrary to the narrative that we live in a democracy. Ergo it’s a crime against humanity and quite deserving of the highest degrees of punishment.

There’s a plethora of reasons why two thirds of the countries in the world have chosen to abolish this barbaric and ineffective system of punishment-it’s inhumane, it’s archaic and frankly cruel. But in Mauritius, where we are desperately trying to sell this ‘Paradise island’ image, where people flock in masses to retreat, it kind of sends the wrong message. ‘’Welcome to Mauritius, the paradise island with a penchant for medieval forms of punishment.’’

Comment devenir la proie tant convoitée des violeurs ?

Attention ! Ceci est un article bourré de sarcasme et de satyre. A ne surtout pas prendre au premier degré.

Nous le savons tous, la société mauricienne est extrêmement pudique au problème du viol, que ce soit au niveau éducatif que punitif. Cependant, il convient de parfois faire preuve de bon sens et soyons honnête, les femmes en manquent souvent. C’est pourquoi nous allons aujourd’hui tenter de leur faire part de quelques conseils afin qu’elles puissent s’entrainer à devenir la victime parfaite pour un viol.
Pour commencer chères demoiselles et dames, ne soyez pas un homme. Vous l’avez sans doute bien compris, un homme c’est un homme. C’est herculéen, c’est robuste. Nous avons entendu des rumeurs parlant d’hommes violés, mais faut surtout pas se tromper… pure rumeur !

Et surtout, ne soyez pas nubile ou en voie de l’être. Dès que vous êtes pubère, vous avez la morphologie adéquate pour attirer le regard des hommes. Et oui, ne les provoquez pas. Selon certaines études, l’âge parfait pour être une bonne proie s’élève aux environ de 8-9 ans. A partir de cet âge, les attributs érotiques de ces demoiselles ont tendance à s’accentuer et cela est absolument inconcevable d’espérer qu’un homme puisse se retenir. La chance que vous avez les filles !

Ne pensez certainement pas à rester chez vous seule. Ce serait une tentation bien trop forte s’il s’avère que ces innocents hommes arrivent à savoir que vous osez habiter une maison seule. Il serait aussi plus prudent de rester chez soi. Les soirées, les boites de nuits ou les fêtes sont organisées uniquement pour celles qui souhaitent être agressées. Après la tombée de la nuit, votre place se situe entre les quatre murs de votre demeure. Et même là, faut se méfier de la présence des cousins, des oncles, des frères, votre mari.

Vous avez la permission de sortir uniquement si c’est pour aller voir mami à l’hôpital ou pour vous faire soigner d’un cancer. Mais attention ! Vous devez savoir comment vous habiller. Attachez-vous les cheveux, mais pas une queue de cheval, car ça pourrait inciter les hommes à vous tirer la queue en vous prenant en levrette. Quoique, trop détachés ça fera un peu salope. Faites attentions à ne pas faire de signes qui pourraient visiblement provoquer une érection irrépressible ou une poussée de testostérones chez nos chers males ; genre ouvrir sa bouche, cligner des yeux ou se mordiller les lèvres. Vous devez savoir comment gérer vos attributs physiques. C’est quand même la moindre des choses, mesdames !
Voilà chères dames, les précieux conseils que nous vous apportons. J’espère que ça vous aidera à devenir la proie recherchée des violeurs, et qu’ensuite vous songerez à vous suicider. Mais si vous parvenez pas à être la victime idéale, il serait plus judicieux d’admettre que vous n’avez pas été violées… ne soyez pas confuses, vous avez peut-être rencontré votre prince charmant.

Sur ce, excellent weekend à vous mesdames.

Le pervers narcissique : fuyez tant que vous pouvez !

Un pervers narcissique est un individu qui s’est formé une constitution émotionnelle immature dans laquelle il ressent le besoin de se poser comme une figure puissante afin de vaincre la solitude qui l’entoure. Il fait souvent usage de ses relations amoureuses, familiales ou professionnelles pour étancher sa soif de contrôle. Il utilise cette proximité pour exercer son emprise sur ceux qui sont proches de lui, car cela lui permet d’assurer plus facilement que la personne ne prenne pas de distance. Alors qu’extérieurement c’est l’image même de la sympathie, de l’amabilité et de la compassion, intérieurement il est froid, dénué d’empathie et de culpabilité. Il s’approprie du caractère requis en fonction de la situation dans laquelle il se trouve afin de pouvoir mieux manipuler sa cible. Sa vraie nature est souvent difficile à cerner car il change constamment de masque pour correspondre aux attentes de sa victime afin que cette dernière tombe sous son charme sans être conscient de ce qui se joue.
Si vous avez connu un pervers narcissique, cela vous prendra du temps et beaucoup d’efforts avant de retrouver votre estime et votre confiance en vous. Vous allez remettre en question vos qualités, vous vous trouverez plus de défauts que vous en avez et vous vous acharnerez sur vous-même à essayer de comprendre le comportement de pervers narcissique. Ce sera difficile pour vous de faire confiance ou de se lier d’amitié à quelqu’un de nouveau. C’est pourquoi il est important de savoir comment identifier un pervers narcissique avant qu’il ne vous cause du tort.

Généralement il opère en quatre étapes :

1)Séduction : il vous présentera l’image de l’homme parfait. Sympathique, charmeur et serviable, vous aurez l’impression de rencontrer l’homme/la femme idéal(e).
2)Dépendance : Vous serez de plus en plus envouté par sa personnalité, ses actions et ses promesses. Sa présence sera similaire à une drogue, vous en voudrez toujours plus à chaque fois. Il a maintenant su vous rendre dépendant de lui.
3)Diviser pour mieux régner : Graduellement vous vous retrouverez à passer de plus en plus de temps qu’avec lui. Vous serez de moins en moins connectés à vos amis et votre entourage. Il va tenter de changer la perception que vous avez de certains de vos proches. Cet isolement lui permettra d’affirmer sa position de puissance et de contrôle et votre dépendance sur cette drogue sera amplifiée.
4) Abus et manipulation verbaux : Du moment qu’il vous sentira suffisamment sous son emprise, il va altérer entre la séduction et l’abus. Il va tenter de vous dévaloriser en évoquant régulièrement des défauts physiques et émotionnelles pour que vous vous sentiez faible. Il vous fera ensuite croire que vous avez de la chance de l’avoir connu. Vous ferez face à des messages contradictoires, des flatteries par moment et des agressions par d’autres. La victime se sentira totalement dans le flou et désarmée face à la situation.

Il y en a très peu qui réussissent à survivre cette expérience douloureuse et dangereuse. La meilleure solution est de fuir pour se protéger… même les experts en la matière s’accordent sur cela.

Drogue de synthèse : un enfer assuré, un futur brisé

Jusqu’à tout récemment, le profil des consommateurs de drogues de synthèse n’était pas très bien défini. Mais il y a quelques temps, les cas de consommation de drogues synthétiques cumulent et ils évoquent tous des consommateurs jeunes, d’une tranche d’âge de 13 à 18 ans majoritairement.

Ceci s’explique par le faible cout des drogues synthétiques disponibles sur le marché et également leur accessibilité dans l’enceinte des écoles. Et oui, l’achat et la vente de ces produits toxiques se concrétisent bel et bien dans les collèges et les universités locaux. Résultats : certains sont victimes d’hallucinations, d’autres sombrent dans le coma, alors que l’agressivité et la nervosité sont accentuées chez tous ceux qui en utilisent. Chaque semaine, nous pouvons compter une moyenne de 3 à 4 jeunes hospitalisés suite aux effets de l’utilisation fréquente de ces drogues.
Entre « Ben Laden » et « Black Mamba » en 2013, « C’est pas bien » et « Batt dan latet » les années suivantes, notre ile a connu la naissance de plusieurs drogues synthétiques dont les prix varient entre 100rs et 250rs au maximum. Le but de cette drogue est d’imiter le tétrahydrocannabinol (THC), le principal actif du cannabis, qui assure un sentiment d’euphorie ou de béatitude.

Alors que l’Etat mise sur une sensibilisation à l’école, il faudrait peut-être commencer par éduquer les parents sur la gravité de la situation et du rôle primordial qu’ils tiennent, en tant que figure d’autorité, de guide mais aussi de confident dans la prévention de l’usage des drogues. C’est aux parents de savoir bien encadrer leurs gosses dès leur entrée au collège car l’influence des camarades à l’école n’est pas à prendre à la légère. Il serait nettement mieux de monter une campagne qui vise à soutenir les parents à intervenir en cas de consommation, à engager un dialogue constant avec leur enfant, sans pour autant banaliser ou dramatiser la situation et aussi à les encourager à demander une aide extérieure en cas de besoin. Se plaindre de la situation ne va en aucun cas apaiser les mœurs. Chers parents, il est temps que vous preniez les choses en mains !